Colin Jackson

« L’entraînement, c’est un plaisir »

Texte : Werner Jessner
Photos : Daniel Grund/Red Bull Content Pool

Pendant onze ans, il est resté l’homme le plus rapide du monde en 110 mètres haies. ­Aujourd’hui, il est la preuve vivante que le sport rend plus heureux. Rencontre avec le directeur international du Wings for Life World Run.

THE RED BULLETIN : Entrevoit-on un record du monde arriver ?  

COLIN JACKSON : Oui. À mesure qu’on s’en approche, on sait que nos performances se sont améliorées. Dès le moment où j’ai franchi la barre des 13 secondes, ce n’était plus qu’une question de temps.

Combien exactement ? 

Aux JO de 1992 à Barcelone, je me savais parfaitement en mesure d’établir un record du monde. Mais ça n’a pas marché. Il m’aura fallu attendre jusqu’aux championnats du monde de 1993 à Stuttgart : 12 secondes 91 (vidéo ici). 

Comment vous sentiez-vous au matin de ce jour-là ? 

J’étais stressé. Après tout, je n’avais encore jamais remporté de titre important. Je partageais ma chambre avec Linford Christie. La veille, il avait décroché la médaille d’or et le record du monde lui avait échappé d’un petit centième de seconde. Et là, c’était mon tour.  

Deux athlètes de classe mondiale dans une chambre double, ça parle de quoi ? 

De tout sauf de sport. Ça parle plutôt voitures, maisons et femmes. Et dans les années 90, on jouait encore aux cartes. 

Comment vous êtes vous mis au 110 mètres haies ? 

Je courais vite, je sautais haut et loin, j’avais une bonne vision de l’espace et je bougeais beaucoup. À la base, je voulais faire du décathlon, mais il me manquait de la masse pour ça. 

Vos records en entraînement ? 

100 mètres : 10 s 29. 60 mètres : 6 s 49. Saut en hauteur : 2 m 03. Saut en longueur : 7 m 96. 

 

« Les sportifs de haut niveau sont sous-alimentés, gros moteur, châssis léger »
Colin Jackson

Dans certains pays, ce serait des records nationaux ! Quelle discipline vous impressionne le plus ?

Le saut en hauteur. Le record du monde est de 2 mètres 45, c’est la hauteur d’une cage de foot ! 

Avez-vous conservé votre poids ? 

Je pèse 10 kilos de plus qu’à l’époque où j’étais en activité. Non pas parce que je suis devenu gros, mais parce que les sportifs de haut niveau sont sous-alimentés. Gros moteur, châssis léger. Aucune réserve.

Pourquoi les sprinters ont-ils le haut du corps si développé ? 

Parce que ce sont les bras qui entraînent les jambes. Quand le haut du corps est explosif, les jambes suivent d’elles-mêmes. Les sprinters ont toujours leurs mains dans leur champ de vision. Faites-y attention la prochaine fois que vous regarderez une course à la télé ! 

Quels sports pratiquez-vous ? 

La course à pied. La course de haies, seulement sous la menace d’une arme. Beaucoup de VTT, du tennis, du foot, du ski, du snowboard. J’ai tout le temps envie d’essayer de nouveaux trucs. Je suis toujours en mouvement. 

Que vous inspirent les « fainéants du sport », les pros du zapping ? 

Faire de l’exercice est la seule chose dont les bénéfices ne profitent qu’à soi. Toute personne, aussi occupée soit-elle, trouvera toujours une heure dans la journée pour prendre soin d’elle-même. Ceux qui n’y arrivent pas sont vraiment à plaindre.

Que pensez-vous des appareils de suivi pour se motiver ? 

Mon père a 83 ans, il porte un bracelet de ce genre et il râle quand il n’atteint pas son objectif quotidien. Tout ce qui peut aider à se motiver est une bonne chose. Personnellement, je n’en ai pas besoin. 

Le 3 mai 2015

35 parcours dans 33 pays donneront en simultané le départ de la 2e édition du Wings for Life World Run, course unique en son genre. Qui ira le plus loin avant d’être rattrapé par les voitures-balais ? Inscriptions sur le site officiel.

Un cardiofréquencemètre ? 

Non. L’entraînement, pour moi, ce n’est plus une obligation, c’est un plaisir. 

La fiche

Naissance
18 février 1967 à Cardiff, au Pays de Galles 

Taille/poids 
1,82 m/75 kg

Palmarès
Double champion du monde du 110 mètres haie, quatre fois champion d’Europe, médaille d’argent aux JO de Séoul en 1988, record du monde (12,91 secondes, établi en 1993, égalisé par le Chinois Liu Xiang en 2004 puis battu par le même athlète en 2006).

 Sur quelle distance courez-vous aujourd’hui ? 

Quand j’étais en activité, je détestais courir sur de longues distances. Aujourd’hui, je cours 10 km sans aucun problème. 

Sur quelle distance pourriez-vous courir pour le Wings for Life World Run ? 

Je déciderai ça de manière scientifique : combien de temps arriverai-je à courir, combien de temps à un rythme moyen, combien de temps faudra-t-il que je coure à mon allure maximum pour atteindre 15 km ? Pour un sprinter, c’est déjà pratiquement un marathon ! 

Vous siégez en tant que directeur international des sports au Race Control.
En quoi consiste votre mission ? 

Je veux que les participants soient conscients de pouvoir faire encore mieux l’année suivante. 

Le record de 78,58 km va-t-il être battu ? 

Le vainqueur de 2014, Lemawork Ketema, est certain qu’il peut arriver à courir 100 km si tout se passe bien.

Cliquer pour lire la suite
12 2014 The red bulletin

Article suivant