Seb Loeb Dakar 2017 - blog #1

Dakar 2017 : le blog de Seb Loeb #1

Photo d’ouverture : Flavien Duhamel/Red Bull Content Pool

Au départ de son deuxième Dakar, Sébastien Loeb débriefe chaque jour avec The Red Bulletin. Première étape : arrivée à Asución au Paraguay au volant des 3008DKR et une première spéciale « un peu moins typée rallye que l’année dernière » de 39 kilomètres.


Lundi 2 janvier 2017,
Resitencia (Argentine)

Enfin, les choses sérieuses commencent ! Les jours qui précèdent le départ du Dakar sont souvent un peu longs avec beaucoup de temps morts. Aussi, cette année, j’ai pris le parti de ne venir que le matin du shakedown qui s’est déroulé vendredi dernier. Pour s’y rendre, nous avons traversé les rues d’Asunción au volant des 3008DKR. Heureusement, la police nous a ouvert la route à travers le trafic très dense. C’était assez folklorique !

Ça aurait plu à « Danos » (le copilote de Sébastien, ndlr) mais le « lâcheur » ne nous a rejoints que plus tard. Il a été retenu par un problème administratif typiquement monégasque. Enfin, c’est ce qu’il dit !

Dakar start podium

La Peugeot 3008DKR et Sébastien Loeb sur le podium de départ du Dakar 2017.

© Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

Il est tout de même arrivé à temps pour fêter la St Sylvestre avec toute l’équipe. Cette année, nous n’avons pas eu droit à un plateau repas de cantine – Carlos Sainz était déçu ! – mais à un dîner dans le restaurant de l’hôtel. Pour fêter ça, j’ai mis une chemise !

Sebastien Loeb et Daniel Elena

© Alain Pernot

 
J’ai dîné avec Daniel et les mécanos qui s’occupent de ma voiture. C’était très sympa mais je n’ai pas fait long feu. C’est que j’ai appris l’an dernier que le Dakar est une épreuve de longue haleine…

C’est la première fois que je mets les pieds au Paraguay. Je n’ai pas eu trop le temps de visiter, pour être honnête, mais les locaux ont l’air d’être assez mordus de rallye. Je suis assez sollicité mais, dans l’ensemble, ils semblent moins exubérants que leurs voisins argentins. De toute façon, nous ne sommes pas restés longtemps puisque seule la première spéciale a eu lieu dans ce pays. Avec Daniel, nous avons profité de notre dernière occasion de nous offrir un « vrai » dîner, juste avant de participer à la traditionnelle cérémonie du podium qui a eu lieu devant le Palais présidentiel.

Première sortie parc fermé

« Tout le monde me demande si je viens pour gagner. Avec la voiture dont je dispose, ce serait dommage de ne pas viser la victoire ! »

© Alain Pernot

Tout le monde me demande si je viens pour gagner. Avec la voiture dont je dispose, ce serait dommage de ne pas viser la victoire ! Donc, oui, bien sûr, je vise la victoire cette année mais je n’emballe pas. Je sais que beaucoup de surprises nous attendent.

Des bonnes mais aussi des moins bonnes. Il faut prendre les jours, les uns après les autres et rester très concentré pour éviter au maximum les erreurs. Et puis Daniel va avoir du travail avec les nouveaux waypoints de contrôle concoctés par les organisateurs. Ça a l’air assez tendu, cette histoire. On verra bien !

« C’est que j’ai appris l’an dernier que le Dakar est une épreuve de longue haleine… »

Le lendemain avait lieu la première spéciale. Une courte mise en jambe, pour être honnête, puisqu’elle ne comportait que 39 kilomètres ! Cela dit, c’était une spéciale un peu compliquée. Pas du tout, le type de parcours que j’apprécie.

Sebastien Loeb et Daniel Elena

Un dernier petit café avant de prendre la route…

© Alain Pernot


La Peugeot 3008DKR n’y était pas vraiment à son aise. C’était très étroit et assez bosselé. Dans un tel contexte, je n’ai pas voulu prendre trop de risque. Il y avait clairement plus à perdre qu’à gagner. Mais ce n’est pas trop grave. Cette sixième place n’est que temporaire et puis les écarts sont vraiment minimes.

Dans une telle étape, l’essentiel est d’en sortir sans une égratignure. J’espère que les prochaines spéciales me correspondront mieux mais ce n’est pas gagné. J’ai l’impression que la première semaine est un peu moins typée « rallye » que l’année dernière. J’attends de voir.

Allez, il est temps d’aller me coucher dans mon super camping-car ! À demain.

Cliquer pour lire la suite
01 2017 The Red Bulletin

Article suivant