Starke Zahlen: Fitness-Tipps von Alex Gregory

Programme d’entraînement avec Alex Gregory

Photo : Henry Hunt

L’Anglais, double médaille d’or olympique d’aviron, nous révèle les heures d’effort nécessaires au haut niveau.
5:52

MINUTES POUR RAMER 2 000 M SUR L’ERGOMÈTRE 

« L’aviron est un sport d’endurance. Nous ne sommes pas si costauds, mais nous devons générer de l’énergie pour une course de six minutes, pour chaque passage, et constamment. Je tiens ma force de ma technique et de ma capacité aérobique. Pas très fort naturellement, j’ai dû adapter mon entraînement. »

Paramètres vitaux

  • Discipline : Quatre sans barreur et aviron à huit 
  • Âge : 32 ans 
  • Taille : 1,98 m 
  • Poids : 98 kg 
  • Palmarès : Or aux championnats du monde en 2009 (Pologne), 2011 (Slovénie), 2013 (Corée du Sud), 2014 (Pays-Bas), 2015 (France), Médailles d’or olympiques en quatre sans barreur – Londres 2012, Rio 2016
Cliquer pour lire la suite
250

km D’AVIRON PAR SEMAINE EN HIVER 

« Un mélange d’aviron sur l’eau et sur le rameur. Quel que soit le temps – la seule raison de ne pas sortir sur la rivière est lorsque la glace est trop épaisse pour que les bateaux puissent la défoncer ! »

© youtube // sportsbeatsvideo

10

Kg DE MUSCLES EN PLUS POUR LA MÉDAILLE D’OR 

« Lors des JO de Pékin en 2008, j’observais tranquillement les choses de loin et j’ai réalisé que je n’étais pas assez fort, qu’il me faudrait trois mois en salle de conditionnement physique, ne faire aucun entraînement aérobie, prendre quelques kilos et devenir plus fort. Je faisais cinq séances de musculation avec haltères par semaine et il a fallu que je double mon apport calorique : quatre boissons protéinées par jour ! »

Alex Gregory on Twitter

Row past #selfie from the boat... Happening now

6

CHAMPIONNATS DU MONDE OU OLYMPIQUES GAGNÉS D’AFFILÉE 

« Je suis l’une des trois personnes au monde à avoir réussi à remporter six titres de championnats du monde ou olympiques consécutifs. Les JO de Londres ont été un tel soulagement que ça en valait toutes les peines du monde. En 2016, le challenge a été de prouver que ça n’avait pas été un coup de bol. Jürgen Gröbler, mon coach, m’a dit après Londres : “C’est facile d’y arriver une fois. C’est dur d’y arriver une deuxième fois.” »

© youtube // British Rowing

384 000

Kilos SOULEVÉS EN SALLE DE SPORT CHAQUE ANNÉE 

« Il y a quatre entraînements en levée de poids par semaine en plus de l’entraînement du cycle olympique. Et beaucoup de power clean de 115 kg, qui ressemblent aux mouvements de l’aviron. Aussi des bench press de 120 kg et des squats de 150 kg. »

350

JOURS D’ENTRAîNEMENT PAR AN PENDANT UN CYCLE OLYMPIQUE 

« On s’entraîne trois fois par jour, sept jours par semaine – c’est ce que nous avons fait ces seize dernières années. Quelques heures sur l’eau, une de rameur et des haltères. Vacances ? Après les championnats du monde, pas plus. Et flexibilité zéro : tu n’as pas le rythme, tu n’es pas dans l’équipe. »

6 000

CALORIES PAR JOUR EN PHASE D’ENTRAîNEMENT NORMAL 

« Il faut manger autant que possible ! J’ai du mal à y arriver, je dois me battre pour garder mon poids – des trucs sains et un MacDo ou une boisson protéinée par-dessus. On mange environ 25 % de protéines et 75 % d’hydrocarbures – c’est énorme. En fin de journée, une boisson protéinée de 500 calories aide à affronter l’effort du lendemain. »

Cliquer pour lire la suite
03 2017 The Red Bulletin

Article suivant