Rally dos Ventos

Kitesurf, un vent nouveau

Texte : João Perocco
Photos : Marcelo Maragni, Fabio Piva, Thiago Diz et Victor Eleutério

Les meilleurs kitesurfeurs se sont affrontés au Brésil dans le parc protégé des Lençois Maranhses. Cette compétition, le Red Bull Rally Dos Ventos entre dunes de sable et lagons, était une première mondiale.

Située à 75 km et deux heures et demie de toute route goudronnée, Santo Amaro do Maranhão, au nord-est du Brésil, est une ville particulière. Comptant à peine 13 000 habitants qui ne la quittent jamais, la localité s’étend face à un désert de centaines de dunes et de lagunes colorées. Elle a eu son heure de gloire en 2005, lorsqu’elle a accueilli le tournage du film brésilien La Maison de sable.

Près de dix ans se sont écoulés et Santo Amaro se retrouve à nouveau au cœur de l’actualité, du sport cette fois-ci. Quelques-uns des meilleurs kitesurfeurs mondiaux, de sept nationalités différentes, se sont donné rendez-vous dans le parc national des Lençois Maranhenses pour participer à un rallye inédit.

Même les plus expérimentés, comme Bruna Kajiya (Brésil), Susi Mai (Allemagne) et Christophe Tack (Belgique) n’avaient jamais rien vu de la sorte. « C’est un endroit surréaliste, a avoué Tack. On ne se croirait pas sur Terre. Sur la Lune peut-être, avec de l’eau. »  

Le défi consistait à traverser 16 km de dunes et de lagunes sous un soleil de plomb, par une chaleur de 40 °C, à dompter des vents forts et imprévisibles. Eduardo Fernandes, le créateur du parcours, connaît parfaitement la région, une lagune porte d’ailleurs son nom. Il sait mieux que personne combien cet environnement peut se révéler hostile : « Une minuscule dune peut te mener aussi bien à une lagune asséchée et aride qu’à un lac de plus d’un kilomètre de long. »

Rally dos Ventos

Le Red Bull Rally dos Ventos a donné naissance à un événement unique dans le monde du kitesurf. « Lençóis est l’endroit le plus surréaliste que j’aie jamais vu », s’est exclamé le Belge Christophe Tack. 

Susi Mai, engagée sur le circuit mondial PKRA et multi-vainqueur du prestigieux King of Air : « Je n’ai pas l’habitude de faire du kitesurf dans le désert, raconte la trentenaire allemande. Le désert fait peur. Notre survie est en jeu. Ce n’est pas comme faire du kitesurf dans une station balnéaire bordée d’une belle plage, où l’on peut aller prendre un verre à la fin de la compétition. Le désert, ce n’est pas une plaisanterie. »

Niché entre étendues de sable et lagunes turquoise, le parcours du Red Bull Rally Dos Ventos laisse voir des paysages magnifiques. Et périlleux pour le kitesurfeur, en raison de dunes hautes de 45 m, de sables mouvants omniprésents et de lagunes qui doublent de taille pendant la saison des pluies.

Rally dos Ventos

Il est 10 heures et les vents soufflent à près de 20 nœuds quand 45 cerfs-volants se lèvent dans le ciel. La compétition prend son envol. Les participants, habitués au bleu des eaux pour faire vivre leur kitesurf, souffrent dans les grandes étendues de sable. Ils sont nombreux à peiner. 

« Je me suis perdue, lâche après coup la Brésilienne Bruna Kajiya soulagée. Je me suis rendu compte que j’étais complètement seule dans cette immensité de sable. J’ai eu très peur. Je me suis dit que j’allais mourir. Je regardais autour de moi et je voyais des carcasses d’animaux morts. J’étais encore plus -effrayée. Mais j’ai continué à marcher et j’ai fini par apercevoir un drapeau devant moi. Là, j’ai repris espoir. » 

João Carvalho

João Carvalho a eu du mal à maîtriser son kitesurf dans les étendues de sable.

Les choix effectués par les concurrents lors de la traversée des dunes – passer par le sommet de la dune, la contourner ? – ont donné du piquant à l’épreuve. Il fallait faire preuve de stratégie et aussi avoir la chance de son côté. Tel le vainqueur, le Brésilien Alexandre Neto : « Dans l’ultime partie, Carlos Mario me devançait mais quand nous sommes arrivés à la toute dernière dune, j’ai choisi de prendre par la droite. Lui a tiré tout droit en passant par le sommet. J’ai eu de la chance car j’ai trouvé l’eau en contournant la dune. J’ai pris de la vitesse et gagné l’épreuve. »

Neto, 4e au classement mondial PKRA, a bouclé les 16 km en 37 minutes et 30 secondes. Sans descendre de sa planche. Il a réussi à rider sur le sable. Alors que d’autres, perdus dans les dunes ou les lagons, déroutés par les vents soufflants, ont eu besoin de plusieurs heures. 

Rally dos Ventos

Au milieu des dunes, les vents de plus de 20 nœuds suivent des chemins imprévisibles, rendant les kitesurfs presque incontrôlables.   

« LE DÉSERT FAIT PEUR. NOTRE SURVIE EST EN JEU »  
Susi Mai
« C’est un endroit surréaliste. On ne se croirait pas sur Terre. Sur la Lune peut-être, avec de l’eau. »  
Christophe Tack
Rally dos Ventos

Le Nordeste brésilien est au kitesurf ce que Hawaï est au surf. Le parc protégé des Lençóis Maranhenses est devenu un nouveau lieu de rendez-vous pour découvrir les vents de la région.

Envie d’en voir plus ?

Cliquez ici pour visionner la vidéo de la compétiton.

Cliquer pour lire la suite
11 2014 THE RED BULLETIN

Article suivant