kobe bryant

C’est showtime!

Texte : Ann Donahue
Photos: Andrew Bernstein/Andrew D. Bernstein Associations Photography Inc., Michael Bernstein

LAKERS ? CLIPPERS ? KINGS ? Le photographe Andrew Bernstein les a tous rencontrés.

Andrew Bernstein est le photographe officiel du Staples Center (salle omnisport de Los Angeles) et de la salle de concert adjacente Nokia Live. Derrière ces deux lieux se cache une grande passion pour le sport. Avec ses 30 années d’expérience, Andrew Bernstein est le plus ancien photographe employé par la NBA. Ses clichés recueillis en coulisse, allant de Michael Jordan au sommet de sa carrière à Kobe Bryant, ont marqué les fans.

À l’occasion des finales de la NBA et de la Stanley Cup le 4 juin dernier, nous avons demandé au photographe mythique de nous dévoiler ses meilleures images. et de les commenter. 

Michael Jordan
michael jordan

Cette photo a été prise lors du Dunk Contest pendant le All-Star Weekend en1988. Sur le coup, je n’avais pas réalisé que ce moment deviendrait emblématique. Michael a « décollé » depuis la ligne du lancer-franc. Tout à gauche vous pouvez apercevoir Dominique Wilkins et Clyde Drexler. Je pense que Michael était encore derrière Dominique à cet instant, mais ce dunk lui a permit de remporter la compétition.

Magic Johnson
magic johnson

Magic est très difficile à photographier. Je ne prenais qu’un cliché toutes les quatre secondes. J’adore cet instant où il est entouré par l’équipe adverse, surtout lorsqu’on considère que c’est un joueur qui n’a pas tendance à sauter vers le panier. Il est plutôt du genre à passer.

KOBE BRYANT DUNK SUR LEBRON JAMES
lebron james

Pour cet angle, j’avais posé l’appareil au sol. Là, il s’agit de capter le bon moment de l’action au millième de seconde près. C’est d’autant plus cool que Kobe affronte Lebron. Si j’avais attendu ne serait-ce qu’une fraction de seconde de plus, il aurait eu le bras contre son visage et la balle ne serait plus au bon endroit.

Kobe Bryant et Andy Bernstein
kobe bryant

Je fréquente les vestiaires pour mon travail. Les gars me connaissent tous et sont habitués à ma présence. Ce n’est qu’à de très, très, très rares occasions que je me prends en photo avec eux. Mais là, je lui ai demandé parce qu’on était tous les deux dans un moment de détente.

Blake Griffin
blake griffin

La caméra est fixée avec une pince derrière la vitre en plexiglas du panneau de basket. J’avais préalablement fait les réglages pour avoir le focus sur la zone juste devant le bord du panier. C’est une Nikon DSLR que je déclenche grâce à une télécommande. J’utilise entre sept et dix caméras par match. Je me place de l’autre côté du terrain et dès qu’un athlète s’approche du panier j’appuis sur le bouton. 

LeBron James et Tim Duncan
lebron james

C’était durant les finales de 2013. Pour cette vue en plongée, j’ai fixé la caméra sur une passerelle avec un objectif de 300 mm. La prise de vue est un peu bizarre parce que les deux sportifs sont en train de tomber en arrière. D’habitude, on ne voit que leurs têtes. Ça aurait été une bonne prise avec n’importe quel athlète, mais je n’aurais pu rêver mieux avec ces deux stars. 

AVANT LE MATCH : KOBE BRYANT
kobe bryant

C’était au cours de la saison 2009/2010, je voyageais beaucoup avec les Lakers pour le livre Journey to the Ring élaboré avec Phil Jackson. C’était à New York au Madison Square Garden, Kobe Bryant était vraiment exténué pendant cette saison. Son doigt était fichu, ses chevilles enflées et la veille, ils sont rentrés à quatre heures du matin après un match difficile à Cleveland. J’ai pris cette photo environ une heure et quart avant le match. J’ai cliqué et je suis sorti en silence.

Kobe Bryant et Phil Jackson
kobe bryant

C’est une de mes prises préférées. C’était durant les finales de 2009. C’est la première victoire pour Kobe dans l’ère post-Shaq. Et pour Phil s’était le 100e championnat. Il y a beaucoup de satisfaction sur le visage de Kobe. Il a prouvé à tous qu’ils avaient tord de ne pas croire en sa victoire. C’est aussi un moment chargé émotionnellement. Phil, en figure paternelle, est très fier de son poulain. Je suis juste au-dessus d’eux avec un objectif fisheye. C’est d’ailleurs la seule image réalisée par moi que ma femme m’autorise à accrocher dans la maison. Lorsque je regarde ce cliché, c’est un instant de complicité que je vois. 

Larry Bird et Magic Johnson
larry bird

C’était durant les finales de 1987. Ce qui est intéressant ici c’est que ces deux athlètes ne s’affrontaient jamais durant les matchs. L’un était un meneur et l’autre un allier. Je les avais seulement sur un même plan lors de l’alignement pour le lancer franc ou durant la réunion des capitaines d’équipes avant le match.

Jonathan Quick
jonathan quick

Le goal, Jonathan Quick achevait une très bonne année. Le palet n’est pas rentré et il a sauvé la partie. J’aime beaucoup la symétrie ici. Nous avons juste un peu recadré l’image.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL      

>>> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <<<
Cliquer pour lire la suite
05 2015 RedBulletin.com

Article suivant