Steve McQueen motard célèbre

Steve Mc Queen :
l’incontournable

Texte : David Dumain
Photo : Michel Descamps / Getty Images

Ces 5 célébrités sont des hommes férus de moto. L’acteur américain Steve Mc Queen aurait voulu être lui-même le cascadeur de ses films, notamment pour La Grande Évasion, tant il se savait bon pilote.

Il incarne un véritable absolu pour les motards en quête d’authenticité. Il n’est pas certain que Steve McQueen se considérait lui-même davantage acteur que pilote, lui qui participa au championnat du monde 1964 d’enduro, les International Six Days Enduro aux côtés de son pote Bud Ekins, celui-là même qui pilote la moto qui saute les barbelés dans La Grande Évasion.

Steve McQueen aurait pu faire la scène lui-même, mais les assureurs de celui qui était déjà une superstar hollywoodienne ne l’entendaient pas de cette oreille. Pour tromper ces derniers, l’acteur participait à des épreuves sous le pseudo de Hardy Muschmann, le plus souvent des courses de tout-terrain dans le désert, type Baja. 

La Grande Évasion, un film de John Sturges sorti en 1963, et inspiré du roman de Paul Brickhill.

© Youtube // TheGreatEscapeMovie

Données vitales :

  • Terence Steven mcQueen
  • Acteur, producteur, pilote auto et moto américain
  • Grand amateur de sports mécaniques
  • Né ​le 24 mars 1930 
  • Mort ​le 7 novembre 1980 

Films marquants : 

  • Les 7 mercenaires (1960),
  • La Grande Évasion (1963),
  • La Canonnière du Yang-Tse (1966),
  • L’Affaire Thomas Crown (1968),
  • Bullitt (1968),
  • Le Mans (1971), 
  • Guet-Apens (1972),
  • Papillon (1973),
  • La tour infernale (1974)

Cover Sports Illustrated Steve McQueen moto

Steve McQueen en couverture du magazine americain Sports Illustrated en 1971, chevauchant une Husqvarna, une parmi les 200 motos qu’il possédait.

© flickr.com


C’est en suivant cette logique que McQueen figurera au générique du film documentaire de 1971 On Any Sunday, qu’il financera d’ailleurs en partie. On le voit prendre part à de véritables courses dans le désert, et notamment à la spectaculaire scène finale, traçant la route au soleil couchant avec les pilotes de premier plan qu’étaient alors les Américains Mert Lawwill ou Malcolm Smith.

On Any Sunday, étrangement traduit par Challenge One sur les écrans français, n’eut pas le retentissement du mythique Le Mans, que McQueen tourna autour de la fameuse course automobile de 24 Heures, mais il participa à la légende d’un Steve McQueen motard en diable. Les quelques 200 machines qu’il collectionna, ainsi que la fameuse couverture de Sports Illustrated, où il pilote une Husqvarna torse nu, achevèrent d’inscrire Steve McQueen au firmament des motards d’exception « venus d’ailleurs ».

Hollywood en deux-roues

Aucun « beau gosse » du 7e art ne déroge aujourd’hui à la conduite d’une moto, si possible Custom ou Vintage. De Georges Clooney à Johnny Depp, en passant par Ryan Gosling ou Brad Pitt. Tous possèdent un ou plusieurs modèles, qu’ils exhibent dès que sortent le soleil et les photographes. La palme de l’authenticité revient cependant à Keanu Reeves, qui s’éclate sur des circuits de vitesse dès qu’il le peut.

Le Mans, un film de Lee H. Katzin, sorti en 1971.

© Youtube // Nonomazing

Cliquer pour lire la suite
07 2016 The Red Bulletin

Article suivant