Usain Bolt am Start

Courir plus vite…

Texte : Werner Jessner & Arek Piatek
Illustrations : Alex Williamson

… qu’Usain Bolt ? Son record, 9 secondes au 100 mètres, sera-t-il battu ? Il serait possible de faire mieux. Première partie de notre série consacrée aux limites de l’homme.

Au moyen de calculs et de graphiques courant sur une période de plus de cent ans, les mathématiques prédisaient qu’un sprint de 100 mètres serait atteint en 8,96 secondes. Bien entendu, il existe d’autres modèles. Mais quels que soient les paramètres, le chrono baisse inexorablement. Cela tient à l’amélioration des trajectoires, des chaussures et des méthodes d’entraînement ; autant d’évolutions qui ont pour la plupart déjà atteint leurs limites.

Qu’est-ce qui fera tomber le record de Bolt ? Dans une analyse au centième de seconde près, intéressons-nous au départ : tout temps de réaction inférieur au centième de seconde est considéré comme un faux départ. Pour son record du monde, Usain Bolt a démarré en « seulement » 0,146 seconde, perdant 4 centièmes de seconde.

​Avec des conditions parfaites, un athlète pourrait gagner 13 centièmes de seconde supplémentaires. Pour cela, il lui faudrait une piste posée à l’altitude maximale autorisée de 1 000 mètres, ainsi qu’un vent favorable constant, soufflant à la limite admise de 2 mètres par seconde (lors de son dernier record à Berlin, Bolt a bénéficié d’un vent favorable de 0,9 m/s, ce qui donne un maximum de 7 centièmes).

100 mètres

Record actuel 
9,58 secondes (Usain Bolt, 2009)

Pronostic 
8,96 secondes (bientôt) et 
6,67 secondes (en théorie)


La clé pour passer sous la barre des 8 secondes consiste à atteindre plus rapidement la vitesse maximale de 44 km/h, considérée immuable, et à la maintenir au long de la course. Même avec de bons gènes et des conditions d’entraînement idéales, on ne peut pas s’attendre à d’énormes progrès sur ce point.

44 km/h est donc la vitesse maximale à laquelle un homme peut courir ? « Non », répondent Matthew Bundle, un chercheur américain spécialiste des performances humaines, et son équipe. Bundle est l’auteur d’une étude en 2010 dans laquelle il annonçait qu’en théorie, l’homme pourrait courir jusqu’à 65 km/h. Ce biomécanicien de l’université du Montana avait découvert que la force exercée sur le sol – influant directement sur la vitesse – est 30 % plus élevée pendant un saut que pendant une foulée de course. 

« En théorie, l’homme pourrait courir jusqu’à 65 km/h »
Dr. Matthew Bundle
Usain Bolt sprintet

Nous savons aujourd’hui que l’homme a des réserves de puissance cachées qu’il peut (en théorie) utiliser et qui lui permettraient d’un coup de courir 30 % plus vite. Ainsi, Usain Bolt pourrait courir le 100 mètres en 6,67 secondes, soit 0,38 seconde de moins que son chrono sur 60 mètres.

Conclusion

S’améliorer grâce à des facteurs externes, c’est possible, mais on est encore loin de la limite absolue. Le prochain record du monde n’est donc pas pour tout de suite : d’après les modèles mathématiques, celui d’Usain Bolt est arrivé avec 38 ans d’avance.

TOUS LES SUJETS ACTUELS EN UN CLIN D’ŒIL 

> RECEVEZ LA NEWSLETTER ! <
Cliquer pour lire la suite
08 2015 The Red Bulletin

Article suivant